Bambi to Dhole

Manga non licencié en France, Bambi to Dhole est un shôjo sortant de l’ordinaire et que je me devais de vous présenter !

FICHE SÉRIE :
TITRE : Bambi to Dhole = バンビール
MANGAKA : Ai OKAUE
TYPE : Shôjo
GENRE : Drame, École, Famille, Tranche de vie, Romance
ÉDITEUR : Kôdansha
PRÉPUBLICATION : Dessert
STATUT : TERMINÉ (5 tomes)
EDITÉ EN FRANCE : Non

Yukimi, que tous ses amis surnomment Bambi à cause d’une mauvaise lecture de son nom, est entourée d’une famille parfaite, avec ses parents et sa petite soeur toujours souriants, d’amis parfaits, avec chacun leur personnalité, d’un petit copain parfait, chef de l’équipe de basketball et beau garçon, et pourtant…Tout lui semble faux. Elle ne peut pas s’empêcher de ne pas se sentir à sa place dans cet univers. Alors, pour compenser le vide laissé par les faux sourires qu’elle produit, elle fume. Jusqu’à ce que le nouvel élève, Tetsu (surnommé Tooru), considéré  pour le moment comme un loup solitaire (dhole étant une espèce de chien errant en japonais) la surprenne et menace de dévoiler sa véritable personnalité à tous si jamais elle le forçait à s’intégrer à la classe. Plus tard, par hasard, elle découvre également son secret : il est papa d’un fils de deux ans.

CRITIQUE DE LA SÉRIE :

Je n’ai pas encore tout lu, mais Bambi to Dhole m’a semblé être un futur incontournable du shôjo mais également un de mes mangas favoris et, même s’il n’est pas licencié, j’ai ressenti le besoin de vous en parler x)

Le speech de départ pourrait être celui d’un shôjo banal « Il connaît ma véritable personnalité, il ne faut absolument pas qu’il le dise aux autres ». Mais contrairement aux mangas de ce genre (je pense notamment à Switch girl), Bambi to dohle n’a pas réellement un objectif comique. L’héroïne a l’impression, depuis l’enfance, de ne pas avoir sa place dans la société, a ressenti le besoin permanent de devoir jouer la petite fille parfaite pour faire plaisir à ses parents (SPOILER : ses parents l’ont adoptée à 3-5 ans et elle était plutôt introvertie, elle a donc décidé, pour ne pas les inquiéter de « sourire ») et a, au final, aucune idée de quelle est sa véritable identité. Une question fondamentale de l’adolescence accentuée par le fait qu’elle ne souhaite en parler à personne, que Yukimi n’a l’impression d’avoir personne sur qui compter.

Alors apparaît Tetsu. D’abord froid et solitaire, il devient, petit à petit, lorsque l’héroïne cherche à en savoir plus sur lui et sur son fils, de plus en plus chaleureux. De plus, il connaît le secret de Yukimi et elle est donc en mesure de lui raconter ses problèmes, notamment concernant ses ami(e)s et son petit ami. Rien qu’au titre, aux couvertures, etc on flaire que le couple se formera à un moment ou à un autre, cependant leur relation est beaucoup plus complexe. Pour Yukimi qui ne se sent pas à sa place dans sa famille, la maison de Tetsu, avec son fils et sa grand-mère, devient son refuge, et à chacune des interrogations de l’héroïne , Tetsu lui répond comme le ferait un père, comme il l’aurait lui-même dit à son fils. Leur relation est donc touchante au possible et ils font chacun partie intégrante de la vie de l’autre.

La thématique principale du manga au premier abord n’est donc pas la romance, mais la famille et l’amitié, contrairement à de nombreux shôjos. Pour traiter le phénomène de la famille, les deux situations des personnages principaux sont importantes. Entre d’une part un père de 16 ans prêt à tout pour le bonheur de son fils et de l’autre une fille (SPOIL : adoptée) qui a du mal à s’intégrer dans sa famille et notamment s’entendre avec sa petite soeur (SPOIL : qui est la fille biologique de ses parents adoptifs) on a de quoi s’émouvoir ! La situation de Yukimi étant celle que je connais le mieux pour le moment, c’est d’elle que je vais parler (donc attention SPOILERS, désolée d’insister, mais en tant que personne détestant les spoilers, je préfère prévenir) . En effet, à un point de l’histoire, elle en veut à sa petite soeur d’être la vraie fille de ses parents, de pouvoir être si honnêtement, bien qu’étant têtue et agitée, la fille que ses parents ont toujours voulu. La petite, devant l’ignorance de sa soeur, mais également à cause d’un autre évènement, en vient à penser que c’est elle qui a été adoptée et que sa soeur ne l’aime plus à cause de ça (sa question pour l’annoncer est d’ailleurs : « Yukimi n’est pas vraiment ma soeur ? », la réponse est donc positive et elle fugue). Là encore, c’est Tetsu qui arrange la situation et tout est bien qui finit bien (rassurez-vous c’est loin d’être aussi simple). Et ce n’est là qu’un exemple, la famille est abordée sous bien d’autres formes et de façon tout à fait juste, vraie, qui permettent que l’on voie Yukimi devenir plus honnête petit à petit. De même pour les amitiés, où Yukimi parvient de plus en plus à dire la vérité à Akira, sa meilleure amie et ce, encore une fois, grâce à Tetsu.

Capture d’écran 2015-09-26 à 21.17.39

L’auteure traite finement des sujets pourtant récurrents dans le milieu, à l’aide des fortes personnalités de ses personnages, qui forment une troupe que l’on aime suivre et dont on a envie de suivre l’évolution jusqu’au bout.Capture d’écran 2015-09-26 à 21.17.59

Niveau graphisme, le trait est assez fin, bien qu’irrégulier au niveau des proportions des personnages, mais bon, ce n’est pas très frappant. Les pages sont par contre très chargées mais restent tout de même lisibles, ce qui permet que beaucoup d’évènements se produisent en un seul chapitre. Mais pour les pages de flash-backs, qui sont sur fond noir, il est parfois difficile d’assimiler toutes les informations en même temps.

La rencontre entre Yukimi et le fils de Tetsu

J’ai peut-être exagéré en disant qu’il y avait peu de romance dans le manga. Yukimi a tout de même un copain, à qui elle aimerait pouvoir tout confier, mais leur relation est un peu chaotique, et, souvent c’est vers Tetsu qu’elle se tourne pour en parler. En écrivant cet article j’ai l’impression de dire que Yukimi est une vraie pleurnicharde, mais ce n’est pas du tout l’impression que donne le manga (cela peut éventuellement compter comme un défaut du manga). Elle a fait face seule à tous ses évènements depuis trop longtemps et la venue de Tetsu révèle en elle une « renaissance » une volonté de changer les choses et d’être elle-même. Pour revenir sur le sujet de la romance, la mère du fils de Tetsu est également fréquemment mentionnée et Tetsu a promis (SPOIL) ne jamais aimer personne d’autre qu’elle. Les questions de premier amour, de coeur brisés sont donc très présentes, mais pas trop. Cependant, au moment où j’en suis, un nouveau personnage arrive et promet un espèce de triangle amoureux qui risque, je le dit honnêtement, de plomber carrément les côtés du manga que j’apprécie. À voir !

Au final Bambi to Dhole, c’est de l’émotion et de l’humour, à consommer sans modération !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :