Comprendre le phénomène Ladybug :

MiraculousLadybug.jpgMiraculous Ladybug, voilà le nom de la série d’animation incontournable de ces derniers mois ! Créée par le français Thomas Astruc, la diffusion de la série n’a débuté qu’en automne 2015 mais ne cesse de ne faire parler d’elle, comment expliquer un tel engouement ? Dans cet article je vous exprimerai les raisons pour lesquelles, selon moi, Ladybug a autant de succès (et mérite ce dernier)

(English version here :Miraculous-Ladybug-Phenomenon)

La chance comme pouvoir

Commençons par le commencement : De quoi ça parle Miraculous Ladybug ? Un petit résumé avec le générique :

Omettons le fait que ce soit diffusé sur Tfou (oui, bon je n’assume absolument pas) et intéressons nous au scénario :
Marinette vit à Paris et est amoureuse d’Adrien un garçon de sa classe. Une fille normale en somme. Sauf qu’elle peut devenir Miraculous Ladybug, une super-héroïne qui combat les « akumas » (démons en japonais) aux côtés de Chat Noir qui est amoureux d’elle et dont la véritable identité est celle d’Adrien.
Plutôt simple, un scénario vu et revu dans les magicals girls (Sailor Moon, Tokyo Mew Mew).
Mais c’est surtout l’originalité des personnages qui prime. Je reviendrai plus tard sur la personnalité des personnages en eux-mêmes, pour maintenant vous parler de leurs intrigants pouvoirs. Comme le suggèrent leurs noms, Chat Noir attire la malchance et Ladybug (coccinelle) la chance. Et c’est sur ce point là que leurs pouvoirs sont développés ; si Chat Noir détruit tout ce qu’il touche avec son « Cataclysme« , Ladybug fait apparaître un objet aléatoire avec son « Lucky Charm » (comment on traduirait ça en français…Son porte-bonheur ?) qui va de la balle rebondissante à la caisse enregistreuse (oui, oui). Elle doit donc développer son ingéniosité à chaque épisode pour trouver à quoi peut servir ce dernier. Des super-pouvoirs pour le moins originaux surtout qu’ils sont à utilisation unique pour chaque transformation et qu’ensuite les deux héros n’ont très peu de temps avant que leur identité ne soient révélées. Chose que Ladybug ne souhaite surtout pas, même si Chat Noir aimerait connaître son vrai visage.

Des personnages travaillés :

De Marinette à Adrien en passant par les personnages qui se sont faits « akumatiser », voilà ce que je pense être un facteur majeur dans le succès de Ladyug :
Tout d’abord Marinette Dupain-Cheng (comme le pain) est un personnage très attachant. Elle est très timide face à Adrien et un peu maladroite, mais elle est très gentille avec ses amis et généreuse avec les autres. Elle adore la mode et respire la joie de vivre. Devenir Ladybug lui permet de devenir beaucoup plus forte psychologiquement parlant, avec beaucoup plus de confiance en elle.
Ensuite Adrien Agreste, fils d’un célèbre styliste, a vu sa mère partir récemment (on ne sait pas encore pour quelles raisons) et se retrouve seul chez lui, le père ne prenant absolument pas soin de son fils. Mais malgré tout, il travaille en tant que mannequin pour lui et fait tout ce qu’il lui demande (apprendre le chinois, l’escrime,…) à la perfection. De plus, il cache sa solitude quand il se trouve avec ses amis. Quand il devient Chat Noir il fait tout ce que son père lui interdit ; c’est-à-dire se comporter comme il le veut et notamment draguer la Ladybug à souhait. Bref, de quoi bien fangirler.

On a donc un duo dont les véritables vies correspondent exactement à leurs pouvoirs ; la vie de Marinette peut s’apparenter à une vie chanceuse par rapport à celle d’Adrien. Et on ne dispose que de 14 épisodes pour le moment ! On ignore encore beaucoup de choses sur eux deux mais une chose est sûre : c’est un duo qui marche. Que ce soit au niveau comique ou tragique, on adore les voir ensemble et on en redemande. Si on prend pour exemple le duo sous sa forme de Ladybug-Chat Noir, on a un Adrien qui peut enfin se lâcher et faire toutes les blagues pourries qu’il veut et une Ladybug qui reste sérieuse et essaie d’arranger la situation. En gros, on les aime ❤

Ensuite personnages secondaires et « akumatisés » sont intimement liés pour la simple et bonne raison qu’ils sont identiques.

Nino meilleur ami d’Adrien
Alya, meilleure amie de Marinette

De fait, ce sont des méchants que l’on sait innocents, du moins qui ont seulement été tentés par le « côté obscur » et chopés par les akumas. Ils obtiennent par ailleurs des pouvoirs rivalisant en terme d’originalité à chaque épisode, ce qui a le mérite de ne pas faire tourner l’action en rond à un simple « je suis méchant battez-moi et c’est fini ». Les personnages ont été plus ou moins travaillés au départ, il se peut même que l’on soit pris d’empathie pour eux. Cependant on sait toujours ce qu’il advient de ces ex-akumas : on les retrouve souvent dans les autres épisodes. C’est un aspect que j’affectionne particulièrement, puisque les personnages « secondaires » ne sont pas simplement abandonnés : ils sont réutilisés de façon à ce que l’on rencontre leur famille, qu’on les voie sous un autre angle de vue que celui déjà adopté,… Et donc on peut même en déduire que n’importe lequel des personnages présents dans la série se fera tôt ou tard, pour une raison X ou Y, akumatiser.

Paris « un personnage à part entière » :

Je vous laisse la vidéo où cette phrase est prononcée par un membre du staff (à 2:42) :

L’intrigue se déroule en effet à Paris, ville mondiale reconnue en partie grâce à son capital culturel. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo, toutes les caractéristiques architecturales de Paris sont utilisées : bâtiments hausmanniens, musées et autres lieux reconnaissables comme la tour Eiffel et Notre-Dame de Paris. Un décor fidèle qui donne envie de découvrir de nouveaux endroits dans la capitale, si ce n’est la ville elle-même.
Beaucoup d’évènements s’appuient en effet sur ces lieux, comme le réveil du Pharaon à la Pyramide du Louvre…ce qui contribue à humaniser la ville, omniprésente.
De plus, les deux personnages principaux cumulent deux aspects « clichés » de la France : ils représentent en effet les deux métiers les plus  »français » à cause de leurs parents l’une ayant un père boulanger et l’autre un père styliste. Mais un autre aspect de la France, n’ayant pas énormément voyagé je suis incapable de généraliser ou de restreindre cet aspect au pays même : c’est la diversité « ethnologique » de Miraculous Ladybug. En plus du fait qu’aucun des personnages n’ait la même morphologie, beaucoup ont des origines étrangères : Marinette elle-même est métisse, sa mère étant chinoise et son père français. Grand symbole de diversité culturelle, d’ouverture d’esprit en plus d’être cosmopolite. Aujourd’hui, beaucoup de séries (qu’elles soient animées ou pas) s’appuient à montrer que tous les êtres humains sont différents et identiques en même temps et c’est une initiative que je trouve personnellement géniale. Peut-être que ce n’était pas fait exprès d’ailleurs, c’est censé être naturel après tout !

Un projet international :

Il ne faut pas se mentir, Ladybug n’a pas autant de succès seulement grâce à ses personnages et ses décors, mais également grâce au fait que la série soit diffusée partout dans le monde (selon le Figaro elle aurait déjà été proposée à 150 pays différents). En voici pour preuve une petite compil’ de plusieurs génériques de Ladybug :

Mais c’est en partie parce que la série en elle-même est fabriquée (je cherche toujours un autre mot) par différentes entreprises de plusieurs nationalités. De Toei au Japon, qui devait produire la version 2D qui deviendra finalement un simple OAV, à Zagtoon en France ou aux studios Disney Channel aux States, la série est simplement le résultat d’une coproduction internationale de haut niveau (pour plus d’infos vous pouvez regarder en entier la vidéo que j’ai postée plus haut). Tout ça pour obtenir le résultat que nous avons maintenant.

La création d’une communauté : les miraculers

(personnellement je disais Ladybloub avant de connaître le vrai nom xD)

Miraculous Ladybug était à l’origine prévu pour les « enfants » bien que les héros oscillent entre 14 et 16 ans selon les versions, mais au final c’est surtout les 15-25 ans qui se sont emparés du projet et ont laissé libre court à leur créativité : cracks, fanfictions, blogs, dessins, cosplays, forums, tumblrs et théories sont disponibles en masse sur Internet.
De fait, une création en entraînant une autre puis une autre,… qui le diffuse à certaines personnes puis d’autres puis d’autres…La folie Miraculous s’est vite emparée des fans d’animation de la toile, vous pouvez par exemple voir que la vidéo du générique (la première que j’ai postée) est l’une des plus vues de la chaîne TF1. Et Thomas Astruc le rend bien aux fans : son compte Twitter regorge de perles crées par les fans concernant la série (je vous le met ici) et propose même du contenu relatif à la série sur sa chaîne Youtube comme des épisodes alors qu’ils n’étaient que des croquis ou encore des anciens trailers : https://www.youtube.com/watch?v=KoXav4p8zJ4

En résumé :

Si Miraculous Ladybug rencontre un tel succès c’est grâce à d’une part le fait que la série soit accessible à tous, tous âges et toutes nationalités, de par ses personnages ultra-attachants et ses décors magnifiques mais également grâce à ses miraculers qui permettent de propager encore et encore la diffusion de la série. Peut-être que c’est un peu trop tôt pour parler d’un Phénomène avec un grand P mais une chose est sûre : Internet n’est pas près d’oublier Ladybug !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :